Comment maximiser mes chances de tomber enceinte ?

Selon des chiffres publiés par l’INED, 25% des femmes de fertilité moyenne (soit 1 femme sur 4) parviennent à tomber enceinte dès le premier mois du projet de procréation ; 97% de ces femmes parviendront à tomber enceinte au bout d’une année. De façon précise, les statistiques révèlent qu’il faut en moyenne 7 mois aux femmes pour tomber enceintes.

Connaître sa date d’ovulation

La date d’ovulation est celle au cours de laquelle le corps de la femme libère un ovule qui devra être fécondé par un spermatozoïde pendant les 24h que dure sa vie. L’ovulation se produit chez les femmes tous les 14 jours avant les prochaines règles. Afin de déterminer avec précision cette date, il faut s’intéresser au cycle de la femme. La longueur moyenne de ce cycle est de 28 jours. Toutefois, le cycle de certaines femmes peut être plus court quand d’autres ont un cycle relativement plus long.

C’est sur la base de cette longueur de cycle que la date d’ovulation devra être déterminée. D’autres méthodes comme l’observation de la glaire cervicale ou la réalisation d’un test d’ovulation ou encore le contrôle de la température basale peuvent permettre de déterminer cette période de fécondité. Ainsi, suffira-t-il d’avoir un rapport sexuel le jour de l’ovulation ou le jour précédent pour tomber enceinte. La détermination précise de la date d’ovulation permet donc d’augmenter considérablement vos chances de tomber enceinte.

Faire fréquemment l’amour

Des rapports sexuels fréquents offrent à la femme plus de chance de tomber enceinte. D’ailleurs, des études ont indiqué que les couples qui font l’amour, au moins, une fois par semaine ont 17% de chance de procréer ; ces mêmes études portent les chances de succès du projet à 83% pour les couples qui ont plus de 4 rapports sexuels par semaine. La relation entre la fréquence des relations sexuelles et le pourcentage de chance de tomber enceinte est intimement lié à plusieurs facteurs tels la fertilité de la femme, son âge, son alimentation, etc. Toutefois, lorsque la période de fertilité est connue, il est recommandé de la prioriser pour les rapports sexuels.

Privilégiez des positions efficaces

Aucune étude n’oriente sur la position idéale pour maximiser ses chances de tomber enceinte rapidement. Cependant, il est recommandé de privilégier des positions dans lesquelles une pénétration est plus profonde et qui sont susceptibles de placer le sperme juste à côté du col de l'utérus de la femme, comme le missionnaire ou la levrette. De même, il est conseillé que la femme ne se relève pas juste après le rapport sexuel. Elle devrait rester allongée un moment pour donner plus de chance aux spermatozoïdes de remonter vers l’utérus.

Améliorez la qualité de votre alimentation

Il existe une relation évidente entre la nutrition et la conception. Pour maximiser les chances de tomber enceinte, il est important de privilégier des aliments dont l’indice glycémique est le plus bas possible. Il est recommandé d’associer à cette alimentation des produits laitiers, des vitamines et des Oméga-3. 46% des cas d’infertilité sont le fait d’une nutrition inadéquate. Mais il ne s’agit pas de faire un régime. Une alimentation saine, au cours des 3 mois précédant le projet de grossesse, est donc conseillée, puisque, pour parvenir à l’ovulation, le follicule dominant aura besoin d’une centaine de jours.

Associez son partenaire au projet

Le projet de fécondation a plus de chance de réussite lorsqu’il est porté par le couple. Le partenaire doit aussi soigner son mode de vie, éviter de porter des vêtements trop collants ou épais qui pourraient entraver une production régulière du spermatozoïde. La préférence doit être donnée aux pantalons larges cousus avec des tissus en coton. Il peut être important que cet effort soit consenti sur une période moyenne de trois mois, accompagné d’une alimentation saine.

Choisissez la meilleure saison

Une étude menée par des chercheurs américains de l’Université de Boston a permis de constater que certaines périodes de l’année favorisent mieux que d’autres une conception. On constate, en effet, que la fin de l’automne et le début du printemps sont marqués par une augmentation du nombre de spermatozoïdes chez l’homme alors que leur mobilité s’avère plus importante à la fin de l’été et au début de l’automne. 

Evitez les antalgiques

Les antalgiques, notamment ceux de type anti-inflammatoires non stéroïdiens ont un effet certain sur les hormones, surtout les prostaglandines qui participent à la contraction de l’utérus. C’est pourquoi, leur consommation est fortement déconseillée au cours de la période d’ovulation afin de ne pas réduire les chances de la femme de tomber enceinte.

Evitez la cigarette

D’après les chiffres publiés par le comité National contre le tabagisme, une femme fumeuse a 3 fois moins de chance de tomber enceinte que celle qui ne fume pas. La même source indique qu’il lui faudra consacrer au projet de conception le double du temps nécessaire à une femme non fumeuse. D’ailleurs, la cigarette diminue le rythme de sécrétion de la testostérone, réduit le nombre de spermatozoïdes et entrave leur mobilité. Plus encore, la même étude révèle qu’on constate une altération de l’ADN des spermatozoïdes libérés par les hommes fumeurs. D’ailleurs, ils sont la source de potentiels risques de complication de la grossesse et de diverses anomalies congénitales. 

Réduisez l’alcool

L’alcool, lorsqu’il est consommé de manière excessive, est de nature à nuire à la fertilité et à la viabilité du fœtus. Cette théorie est confirmée par les résultats des études menées par le chercheur Serge McGraw du CHU Sainte-Justine (Canada). Elles ont permis de conclure que la consommation de l’alcool tant chez la femme que l’homme peut réduire le taux de fertilité du couple et provoque un risque élevé d’avortement spontané. Une autre étude publiée dans les colonnes du British Medical Journal en 2016 a abouti à la conclusion selon laquelle la consommation excessive d’alcool induit une réduction de 18% du taux de fertilité .

Arrêtez le café

La consommation de café doit être arrêtée ou tout au moins être réduite à moins de 200 mg de caféine par jour. Et pour cause, une consommation à l’excès de la caféine réduit, à chaque cycle, vos chances de tomber enceinte de 25%.

Conclusion

Toutes les femmes n’ont pas les mêmes chances de tomber enceinte dès qu’elles le souhaitent. C’est pourquoi, il est utile d’adopter des attitudes susceptibles d’augmenter vos chances de fécondation.