Infertilité : Causes et examens pour la vérifier

Après deux ans d’infertilité, 10 % des couples restent infertiles. D'autre part, jusqu’à 25 % des cas d’infertilité restent inexpliqués. Pour comprendre les causes de l’infertilité, il faut d’abord avoir en tête que la fécondation résulte d’un processus complexe faisant intervenir de nombreux facteurs.

Infertilité : causes et prise en charge

En effet, chaque étape du déterminisme, de la gamétogenèse et de la fécondation fait intervenir d’innombrables mécanismes corporels. Cet article est divisé en deux parties : les causes et examens pouvant être prescrits pour vérifier la fertilité chez une femme, puis chez un homme.

Comprendre l’infertilité chez la femme

Si une femme est incapable de tomber enceinte après plus d’un an d’essai ou si elle souffre d’un problème de stérilité, un test de fertilité doit être envisagé. Notez d’abord que l’âge peut bel et bien avoir une incidence sur la fertilité d’une femme. En effet, il est recommandé à une femme de 35 ans de faire un test de fertilité si elle n’arrive pas à tomber enceinte après six mois d’essai. Les tests de fertilité visant à diagnostiquer la cause de l’infertilité chez les femmes sont souvent accompagnés d’une discussion sur les antécédents médicaux et de tests sanguins. Lorsque les tests ne parviennent pas à identifier une cause spécifique de fertilité, le diagnostic est celui d’une « infertilité inexpliquée », qui touche environ 15 à 30 % des couples stériles, selon le National Institutes of Health (agence gouvernementale américaine responsable de la recherche biomédicale et de santé publique).

Comment détecter une infertilité chez une femme ?

Les tests de fertilité pour les femmes permettent d’identifier la ou les causes d’infertilité afin de traiter correctement la maladie et de donner au couple les meilleures chances de concevoir un enfant. Les tests de fertilité pour les femmes impliquent souvent :

- Une discussion sur les antécédents médicaux, en particulier pour vérifier l’ovulation ou les problèmes liés au cycle menstruel ;

- Des analyses de sang pour vérifier les niveaux d’hormones et la réserve ovarienne (le nombre d’ovules restant dans les ovaires d’une femme) ;

- Un examen pelvien;

- Des procédures telles que l’imagerie par ultrasons et la chirurgie, pour vérifier les causes structurelles de la stérilité.

Quand envisager un test de fertilité (pour les femmes) ?

- Si vous n’avez pas réussi à tomber enceinte pendant plus d’un an (six mois si vous avez plus de 35 ans) ;

- Si vous avez des menstruations abondantes, irrégulières (plus de 35 jours entre les règles) ou absentes.

- En cas de fausses couches récurrentes ;

- Si vous avez des antécédents de maladie inflammatoire pelvienne, de douleurs pelviennes ou d’endométriose ;

- Si votre partenaire présente une infertilité masculine suspectée ou identifiée ;

Quels sont les tests de fertilités pour les femmes ?


Lors de la première visite, votre gynécologue vous posera des questions sur votre santé et vos antécédents sexuels. La connaissance des antécédents de la patiente est un élément essentiel de la manière dont le médecin diagnostique la cause de la stérilité. Par exemple, une infection sexuellement transmissible antérieure ou de périodes d’ovulation/menstruations peu fréquentes qui pourraient être la cause de la stérilité. Le premier rendez-vous fournira des informations au médecin pour déterminer si des tests supplémentaires doivent être effectués.


Après la première consultation, le spécialiste peut effectuer une échographie de la région pelvienne de la femme afin de déterminer si un problème affecte sa fertilité (exemple : des kystes dans les ovaires).


Des tests sanguins sont effectués à différents moments du cycle menstruel d’une femme pour mesurer les niveaux d’hormones dans le sang. Pour qu’un ovule atteigne la maturité et que les ovaires libèrent un ovule, une femme doit avoir des niveaux d’hormones équilibrés. Le médecin qui effectue le test sanguin d’hormones détermine si la femme produit des ovules de haute qualité et si le cerveau envoie correctement les signaux hormonaux aux ovaires. Une évaluation des niveaux d’hormone folliculo-stimulante (FSH), effectuée le troisième jour du cycle (trois jours après le début des règles), est un test courant pour les femmes.


Le test de réserve ovarienne évalue le nombre potentiel d’ovules qu’une femme a dans ses ovaires. Le test de réserve ovarienne peut impliquer une échographie ou des analyses sanguines. Ces tests sont recommandés si une femme présente un risque élevé d’avoir une réserve ovarienne épuisée. Ces risques sont :

- Avoir 35 ans ou plus ;

- Avoir des antécédents familiaux de ménopause précoce ;

- La chirurgie reproductive antérieure ;

- Avoir un seul ovaire.


La laparoscopie est une technique d’endoscopie médicale pour laquelle le médecin insère une caméra et de petits instruments chirurgicaux dans la cavité abdominale par une petite incision au niveau du nombril. La chirurgie laparoscopique est utilisée pour évaluer et traiter l’endométriose et pour enlever les fibromes utérins, les kystes ovariens et le tissu cicatriciel.


La sonohystérographie utilise une solution saline pour remplir la cavité utérine et une échographie transvaginale pour créer une image claire de l’utérus. Cette procédure permet de diagnostiquer des lésions utérines et des croissances irrégulières, notamment des fibromes ou des polypes.


L’hystérosalpingographie est une procédure utilisant une image radiographique des trompes de Fallope et de l’utérus d’une femme. Le spécialiste de la fertilité insère un cathéter (petit tube) contenant un colorant dans le col de l’utérus, ce qui permet de faire apparaître la structure de l’utérus et des trompes de Fallope sur la radiographie.


Ce procédé chirurgical peu invasif permet de visualiser et de diagnostiquer les polypes et les fibromes dans l’utérus. Il s’effectue à l’aide d’une petite caméra insérée dans le col de l’utérus. L’hystéroscopie peut également être utilisée pour réparer des anomalies dans la cavité utérine, telles que des polypes, des fibromes, des septaux utérins (utérus divisé) et du tissu cicatriciel à l’intérieur de la cavité utérine.

Comprendre l’infertilité chez l’homme

Les hommes sont les plus touchés par l’infertilité, mais ne présentent généralement aucun symptôme, de sorte que des tests sont nécessaires pour diagnostiquer la cause de l’infertilité. L’infertilité masculine joue un rôle dans environ 40 % de tous les cas d’infertilité, selon l’American Society for Reproductive Medicine (ASRM). Les tests de fertilité masculine comprennent généralement un examen médical et une analyse du sperme pour déterminer le nombre et le mouvement des spermatozoïdes.

Comment détecter une infertilité chez un homme ?

L’infertilité est généralement diagnostiquée lorsqu’un couple ne parvient pas à avoir d’enfant après un an ou plus de relations sexuelles non protégées régulières. Les tests de fertilité masculine se concentrent sur les principales causes de l’infertilité masculine, qui sont des anomalies dans le sperme d’un homme ou dans son système de livraison de sperme (reproduction). L’analyse du sperme permet une recherche approfondie des problèmes liés au sperme lui-même, ainsi que des anomalies dans les spermatozoïdes d’un homme. Les spermatozoïdes endommagés sont la cause la plus fréquente de l’infertilité masculine. Parmi les autres facteurs qui peuvent affecter la fertilité masculine, il y a :

- Les troubles chromosomiques ou génétiques qui affectent la production ou la délivrance des spermatozoïdes ;

- L’éjaculation rétrograde ou « sèche » qui empêche le sperme d’éjaculer normalement ;

- L’obstruction dans l’appareil reproducteur d’un homme empêchant les spermatozoïdes de quitter le pénis pendant l’éjaculation ;

- Conditions psychologiques, émotionnelles ou vertébrales provoquant l’impuissance ;

- Les traitements anticancéreux tels que la chimiothérapie et les radiations qui perturbent la production et la viabilité des spermatozoïdes.

Quand envisager un test de fertilité ?

Si une femme ne tombe pas enceinte après un an d’essai (ou après six mois d’essai lorsque la partenaire a plus de 35 ans), l’homme et la femme doivent tous deux se soumettre à un test de fertilité. Un homme peut envisager de se soumettre à un test de fertilité plus tôt s’il a une condition médicale antérieure ou des antécédents qui peuvent causer la stérilité, notamment :

- Lésions testiculaires ;

- Dysfonctionnement érectile ;

- Traitement antérieur du cancer ;

- Infection antérieure des oreillons ;

- Chirurgie des voies urinaires antérieure.

Tests de fertilité pour les hommes


Le médecin expliquera les causes de l’infertilité masculine telles que les accidents, les maladies, les opérations ou les affections existantes, et discutera de tout ce qui a pu se produire dans les antécédents médicaux de l’homme pour provoquer l’infertilité. Le médecin abordera également d’autres sujets tels que les facteurs liés au mode de vie, notamment l’obésité.


Une analyse du sperme montrera la quantité de sperme que l’homme produit ainsi que la forme des spermatozoïdes (morphologie), leur quantité et leur qualité de mouvement (motilité). Dans certains cas, plusieurs analyses de sperme sont effectuées, car les niveaux de sperme peuvent fluctuer d’un test à l’autre. Les hommes doivent prévoir de donner des échantillons lors de deux visites chez le médecin à au moins deux semaines d’intervalle en raison des différences attendues dans le sperme à différents moments.


Si la concentration de spermatozoïdes est très faible dans une analyse de sperme, cela peut indiquer une cause génétique de stérilité. Ces tests peuvent être confirmés par des tests génétiques sur les échantillons de sperme.


Les hormones mâles, dont la testostérone, sont essentielles à la production de sperme et au développement sexuel, c’est pourquoi un test sanguin est couramment effectué pour examiner les niveaux d’hormones.


Une échographie du scrotum de l’homme permet de vérifier s’il y a obstruction des testicules. Une échographie transrectale examine de près les vésicules et les canaux éjaculateurs qui transfèrent le sperme.


Cette analyse permet de vérifier la présence de sperme dans l’urine d’un homme, ce qui indique une éjaculation rétrograde.

Examens pour vérifier la fertilité : conclusion

Si vous êtes une femme, un homme ou un couple et que vous avez des doutes sur le fait d’être fertile ou non, prenez rendez-vous chez votre médecin. Seul un spécialiste de la santé saura vous donner un diagnostic précis et spécifique à votre situation. Le moment venu, il vous recommandera les examens à effectuer pour vérifier votre fertilité.

Références