Grossesse : nidation et test de grossesse positif

Qu’est-ce que la nidation ? Comment s’effectue-t-elle ? Et quels liens a-t-elle avec un test de grossesse positif ? Cet article vous renseigne sur l’essentiel de ce que vous devez savoir sur cette phase particulière à une grossesse.

La nidation : définition, manifestations et symptômes

Définition de la nidation

La nidation est l’étape qui succède celle de la fécondation. C’est le moment au cours duquel, l’embryon pénètre totalement la muqueuse de l’utérus. La nidation commence le 7e jour de la fécondation et dure jusqu’au jour 10 de la grossesse. Le début de la nidation correspond donc aux jours 21 et 22 à compter de la date des dernières règles.


Lien entre nidation et test de grossesse positif

Au cours de la nidation, l’œuf et plus précisément sa membrane extérieure produit une substance appelée hormone chorionique gonadotrope (HCG). C’est justement cette hormone qui est détectée par les tests de grossesse. 

À la nidation, le taux de hCG dépasse 8 UI. Il double ensuite toutes les 48 à 72 heures jusqu'au deuxième ou troisième mois de grossesse (entre 7 et 12 semaines). Sa courbe s'inverse alors et le taux de hCG diminue de façon progressive jusqu'à l'accouchement.

 Symptômes de la nidation

Certains signes extérieurs permettent de réaliser que la nidation a été faite. Ainsi, la femme enceinte peut ressentir quelques douleurs abdominales, ressemblant beaucoup aux crampes engendrées par les règles. Elle peut également ressentir de légers spasmes au cours de la période de nidation. 

Entre le 7e et le 10e jour succédant à la fécondation, la femme enceinte peut constater des pertes de sang appelées spotting de nidation ; elles pourraient être prises pour une règle. Il existe pourtant une différence entre les deux saignements. Celui de la nidation est beaucoup plus fluide et a une couleur rosâtre. Aussi, cet écoulement dure-t-il largement moins longtemps que celui des règles. Cependant, toutes les femmes ne saignent pas lors de la nidation.

D’autres caractéristique sont associées à la phase de nidation de l’œuf :

• Le constat de pertes couleur marron ou, parfois brune ; elles sont plus épaisses que celles secrétées ordinairement (elles ne sont certainement pas le fait unique de la nidation mais constituent, tout de même un indice de sa détermination) ;

• Un changement d’appétit et/ou de goût ;

• La fatigue : elle est due à la production des hormones ;

• Des mictions fréquentes.

L’hormone HCG et le test de grossesse

Un test de grossesse positif détecte la présence d'HCG dans les urines. Il est recommandé d’effectuer ce test de grossesse aux premières heures de la matinée car les urines y sont plus concentrées. Il est recommandé de faire confirmer ce test urinaire par une prise de sang. Une fois de plus, c’est la teneur de l’HCG dans le sang qui permet de savoir si la femme est enceinte ou si elle ne l’est pas. La dose de l’HCG dans le sang d’une femme enceinte doit être supérieure à 5mUI/mL ou 5UI/L.

Les effets de l’HCG

La fonction de l’hCG est essentiellement le maintien du corps jaune qui est responsable de la sécrétion de progestérone et d'oestrogène les trois, quatre premiers mois de grossesse. 

• La progestérone est une hormone qui a pour rôle de favoriser l’épaississement de la membrane de l’utérus et son relâchement (elle stoppe les contractions naturelles de l’utérus). C’est grâce à la progestérone que l’œuf est convenablement fixé. La progestérone est également responsable des sensations de ballonnements, de constipation et de fatigue constatées durant les premières semaines de la grossesse.

• L’œstrogène : les œstrogènes ont elles aussi une action relaxante sur les différents tissus du corps et favorisent la croissance de l’utérus. Elles augmentent aussi la fréquence et le débit cardiaque ainsi que les débits circulatoires et la contractilité du myocarde. Comme la progestérone, elles participent à la préparation des seins à l’allaitement. L’oestriol provoque la synthèse de la prolactine, l’hormone galactogène. Ce sont les oestrogènes qui peuvent être responsables des nausées, mais aussi du teint éclatant et des cheveux forts ! 

Les étapes de la nidation

Ce sont la segmentation, la migration et l’arrivée de l’embryon dans l'utérus.

La segmentation

La segmentation est une série de divisions mitotiques qui commencent autour de 36h après la fécondation. C’est à ce moment-là qu’a lieu la toute première division. Elle aboutit à 2 blastomères ou cellules identiques. Ces 2 blastomères se diviseront, à leurs tours, en 4 autres blastomères…. ainsi de suite jusqu’à parvenir, au bout de 3 jours au stade dit de morula ou de la « petite mûre ».

La migration

On constate, à partir du 3e jour, un mouvement de l’embryon vers la cavité utérine qu’il atteint le 4e jour de la fécondation. On distingue clairement à cette phase, le bouton embryonnaire, d’un côté et le trophoblaste de l'autre .

L'arrivée dans l'utérus

La nidation décrit le moment où l'embryon pénètre dans sa totalité dans la muqueuse de l'utérus. Cette étape clé de la grossesse se déroule à partir du 7 ème jour après la fécondation, soit au 21 ou 22 ème jour après les dernières règles, et jusqu'au 10 ème jour de la grossesse.

La grossesse extra-utérine : une nidation anormale

Quelques rares fois, l’ovule fécondé ne parvient pas à migrer normalement vers la cavité utérine. Il s’agit d’une anomalie désignée « grossesse extra-utérine ». En France, selon le rapport 2011 sur l’état de santé de la population, 13 000 femmes ont été hospitalisées en 2008 à la suite du diagnostic d’une grossesse extra-utérine (GEU). De façon précise, 2% des grossesses sont concernées par une GEU selon le même rapport qui indique, d'ailleurs, que le nombre de grossesse extra-utérine s’est multiplié par deux durant ces 15 dernières années. Dans 99% des cas de GEU, l’œuf s’implante dans l’une des trompes ; dans d’autres cas, il se loge dans l’un des ovaires ou encore, ce qui est vraiment rare sur le péritoine.

En cas de retard des règles et de saignement (écoulement de sang brunâtre) associé à des douleurs localisées dans le bas-ventre, le médecin pourrait bien suspecter une grossesse extra-utérine si le test de grossesse est positif. Les 2/3 des cas de grossesse extra-utérines sont traités par chirurgie et 1/3 par traitement médicamenteux. 


Références