Grossesse : que signifie la semaine d’aménorrhée ?

Dès que la grossesse est confirmée, arrive ensuite le questionnement de la datation. Les femmes enceintes souhaitent rapidement connaître leur semaine de grossesse pour suivre son évolution. Deux systèmes de calculs existent : semaine de grossesse (SG) et semaine d’aménorrhée (SA). La dernière reste celle adoptée par le corps médical par souci de précision. Découvrez en quoi la semaine d’aménorrhée se distingue de la semaine de grossesse.

Grossesse et semaine d'aménorrhée

Semaine d’aménorrhée : définition

Distinguer les deux types d’aménorrhée

Par l’absence de règles, on dissocie deux types d’aménorrhées. L’aménorrhée gravidique ou primaire qui traduit l’absence de menstruation depuis plus de 3 mois : conséquence directe de la grossesse. L’aménorrhée non gravidique ou secondaire qui correspond à l’absence de menstruation hors période de grossesse. L’aménorrhée secondaire constitue un des principaux signes de grossesse.

Les femmes enceintes consultent en moyenne au bout du 3e mois sans règles menstruelles.Parfois, même en étant enceinte, certaines femmes constatent la présence de menstruation. Ce phénomène s’intitule “règle anniversaire” en langage courant, et “métrorragie” en terme médical. Ce type de règles se caractérisent par une faible abondance, une durée moindre allant généralement de 1 à 2 jours, ainsi que par une couleur plus foncée que les règles habituelles.

Comprendre le phénomène d’aménorrhée

Le premier jour des règles marque le début et la fin d'un cycle. Ce cycle dure en moyenne 28 jours et regroupe la période d’ovulation et de menstruation. La durée de 28 jours reste malgré tout variable d’une femme à l’autre. Certaines peuvent avoir un cycle court de 23 jours. Ces cycles sont également très variables selon des facteurs extérieurs comme la fatigue, la maladie ou le stress. La phase d’ovulation commence à partir du moment où l’ovule mature est expulsé de l’ovaire.

Ce dernier migre vers l’utérus, en passant par la trompe de Fallope. Sa durée de vie est de 12 à 24h. La phase de fécondation par un des 500 millions de spermatozoïdes de l’organe masculin peut s’étendre jusqu’à 5 jours ; la durée de vie d’un spermatozoïde étant de 3 à 5 jours.Si la fécondation et la nidation de l’ovule dans la paroi utérine n’ont pas lieu, l’ovocyte est évacué lors des règles. Dans le cas inverse, la grossesse de la femme suit son cours.

Le placenta commence alors à se développer autour de l’ovule fécondé. La fécondation donne naissance à un embryon. Celui-ci génère une hormone qui est décelée lors du test de grossesse. Il s’agit de l’hormone hCG (human chorionic gonadotrophin). Les règles menstruelles s’arrêtent donc et caractérisent l’aménorrhée primaire, soit l’absence de menstruation pour la femme enceinte. Pour confirmer la grossesse après une période d’absence de menstruation, le praticien effectue alors une échographie pelvienne, ou endovaginale si l’examen pelvien n’est pas possible notamment dans le cas d’une fécondation trop récente. Par ce biais, le praticien peut confirmer le début de grossesse et la présence de l’embryon.

Pourquoi dater la grossesse en semaine d’aménorrhée ?

Pour chaque femme, le cycle menstruel ou la période d’ovulation peuvent être extrêmement variables. Le cycle peut se révéler plus ou moins court ou long. De même, la période d’ovulation n’a pas toujours lieu au 14e jour du cycle menstruel. Certaines femmes peuvent également présenter deux phases d’ovulation dans un cycle. Pour dater avec plus de précision la date de grossesse, le corps médical préfère débuter la datation au 1er jour des dernières règles. Ce moment intervient généralement 2 semaines avant la fécondation.

Avec ce système de datation qui débute au premier jour des règles, la femme est censée être enceinte à la fin de la 2e semaine d’aménorrhée ou au début de la 3e semaine d’aménorrhée, qui correspond à la période d’ovulation et, par conséquent, de fécondation.Le calcul en semaine d’aménorrhée se distingue de la datation en semaine de grossesse. Ce dernier type de calcul démarre au premier jour supposé de conception.

Le souvenir de la date du rapport sexuel n’est pas toujours précis et peut ainsi porter à confusion sur la datation de la grossesse. À quoi s'ajoute une période d'ovulation supposé et un cycle parfois irrégulier. La date de fécondation devient de ce fait difficilement identifiable. C’est pourquoi, le calcul de la grossesse en semaine d’aménorrhée est privilégié par les médecins et les gynécologues.

En débutant au premier jour des dernières règles, ce type de calcul apporte davantage de précisions scientifiques. Les femmes enceintes constatent ainsi une indication de la datation de la grossesse dans les échanges médicaux et sur leurs échographies en SA, autrement dit en semaine d’aménorrhée. La datation est fondamentale dans le suivi de l’évolution du fœtus et l’avancée de la grossesse.

Chaque semaine de grossesse à un développement précis de l’embryon puis du fœtus, ce jusqu’au terme. La datation permet ainsi de constater le bon développement du bébé ou de déceler au plus tôt d’éventuelles anomalies.

Comment calculer la semaine d’aménorrhée ?

Distinguer la semaine de grossesse et la semaine d’aménorrhée

À l’inverse de la semaine de grossesse qui débute le jour supposé de fécondation, autrement dit du rapport sexuel, la semaine d’aménorrhée est calculée par les médecins, sages-femmes, échographes et gynécologues, lors du premier examen de suivi de grossesse.

Ce type de calcul inclut par conséquent la période des dernière règles de la femme enceinte. Autrement dit, la semaine d’aménorrhée 1 correspond à sa semaine de menstruation. Elle n’est donc pas encore enceinte. À l’inverse du calcul en semaine de grossesse qui intervient après les menstruations. En semaine d’aménorhée 3, autrement dit pendant la période d’ovulation, l’embryon migre et se positionne sur la paroi utérine. Survient alors une période critique où soit l’embryon se fixe et se développe, soit l’embryon est expulsé. Dans le dernier cas, le cycle menstruel recommence pour la femme jusqu’aux prochaines règles. Lors de la semaine d'aménorrhée 3, de nombreux changements hormonaux se font sentir dans le corps de la femme.

L’ovaire produit de la progestérone afin d’épaissir la muqueuse de l’utérus, autrement dit l’endomètre, qui favorise l’implantation de l’ovule dans l’utérus. C’est lors de la semaine 4 d’aménorrhée après fécondation de l’ovule par le spermatozoïde, que de nombreuses femmes ressentent les 1ers symptômes de grossesse. Ces signes peuvent se traduire par de la nausée, des seins plus tendus et une augmentation de la fatigue due à l’augmentation de progestérone produit par l’ovaire.

Pour les femmes qui souhaitent avoir un enfant, envisager son début de grossesse en semaine d’aménorrhée induit un changement dans son hygiène de vie dès le 1er jour de règles. Les bonnes habitudes doivent s’installer, car le corps se prépare physiologiquement à accueillir un futur embryon. Les menstruations sont justement une réponse biologique et naturelle du corps de la femme pour le préparer à la fécondation.Éviter l’alcool, la cigarette et la surmédication durant cette période est essentielle pour préparer le corps au bon développement du foetus.

Comment dater la grossesse en semaine d’aménorrhée ?

Une grossesse normale dure en moyenne 9 mois soit 39 semaines de grossesse. Le point de départ est celui du jour supposé de fécondation. Ces 39 semaines de grossesse correspondent à 41 semaines d’aménorrhée. Pour calculer la grossesse en SA, les femmes enceintes doivent donc ajouter deux semaines supplémentaires aux semaines de grossesse. Exemple, la fin du 1er mois de grossesse correspond à 4 semaines de grossesse, soit 6 semaines d’aménorrhée.

La fin du 1er trimestre de grossesse se conclut par 14 semaines d’aménorrhée, soit 12 semaines de grossesse. Un moment privilégié par de nombreux parents pour annoncer officiellement la grossesse à leurs proches. À 14 semaines d’aménorrhée, le fœtus mesure généralement 7 cm et commence à bouger ses membres. À la 26e semaine aménorrhée, soit à la fin du 6e mois de grossesse, le futur bébé à beaucoup grandi et mesure environ 30 cm. Le fœtus bouge beaucoup et la maman peut sentir de légers coups contre sa paroi abdominale.

Lors de la 40e semaine d’aménorrhée, le terme est proche. Bébé pèse désormais en moyenne 3,2 kg et sa taille avoisine les 50 cm. Il a désormais moins de place pour bouger et il se prépare à un accouchement imminent.

Le recalcul de la datation à l'échographie

La datation en semaines d’aménorrhée peut également être sujette à modification. Lors de la première échographie, le praticien confirme la date prévue d'accouchement (DPA). Au besoin, il ou elle modifiera la date supposée de début de grossesse. Cette échographie a lieu au cours de la 11e et 13e semaine d'aménorrhée. Elle est essentielle surtout pour les femmes au cycle irrégulier.

La datation en semaine d’aménorrhée débute au premier jour des règles pour une période d’ovulation et de fécondation à la semaine 3. L’échographie de datation apporte davantage de précision sur le jour de fécondation dans le cas où la période de fécondation n’a pas eu lieu au moment supposé.

Le gynécologue-obstétricien ou le radiologue procède alors à plusieurs mesures du fœtus permettant de confirmer ou de modifier la date de fécondation. Il ou elle mesure le diamètre entre les os pariétaux positionnés sur les côtés du crâne. Sont également mesurés les longueurs : de la tête du fœtus au bas des fesses, du fémur et de la nuque appelée clarté nucale. Après l’échographie de datation, le DPA est confirmée et ne sera plus modifiée au cours de la grossesse.

Références

Installez l'application !

Soyez les premières patientes à télécharger l'application dans les stores

A aucun moment nous ne transmettons votre e-mail à une tierce personne

Laissez-nous vos coordonnées et nous vous transmettrons notre version bêta dès qu'elle sera disponible !

Merci! Nous vous contacterons quand l'application sera disponible