La prise de poids pendant la grossesse

La prise de poids pendant la grossesse n’est pas seulement inévitable ; elle est plutôt souhaitable afin de permettre à la femme enceinte d’apporter au fœtus tous les nutriments indispensables à son développement. Seulement, il n’y a pas un nombre de kilo standard indiqué pour toutes les femmes enceintes à toutes les étapes de la grossesse car, en même temps que ce poids varie d’une femme à une autre, elle diffère suivant les trimestres.

Pourquoi la femme enceinte grossit-elle ?

Grossir alors qu’on est enceinte est une situation tout à fait normale. Elle peut s’expliquer par les changements intervenus dans le corps de la femme enceinte à savoir :

• La formation du placenta : organe spécifique à la grossesse, permettant au foetus d’être oxygéné et alimenté

• Le liquide amniotique : avec un volume normal compris entre 500 ml et 2 litres ;

• L’augmentation du volume sanguin : avant la fin de sa grossesse, le volume sanguin de la femme enceinte connait une augmentation d’environ 50%. De 2600 ml, il passe à 3800 ml ;

• Le développement du fœtus : il grandit progressivement augmentant graduellement de poids. Mais c’est au dernier trimestre que le fœtus prend le plus de poids atteignant une moyenne de 3,5 kg selon les critères établis par le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français ;

Le poids idéal pendant la grossesse

En France, il n’existe officiellement aucune recommandation de poids idéal pour la femme enceinte. L’Institut américain de médecine recommande ceci : les femmes ayant un poids santé avant de tomber enceinte n’auront besoin de prendre qu’entre 11 et 16 kg pendant leur grossesse. Plus pour les grossesse gémellaires. 

En cas d’IMC inférieur à 18,  il est alors recommandé de prendre entre 12,5 et 18 kg au cours de la grossesse. Il faut savoir qu'une femme en surpoids doit avoir une prise de poids minimale afin d'éviter toute complication.

 Quel poids pour quel trimestre de grossesse ?

Le poids de la femme au cours d’un cycle de grossesse n’est pas stagnant. Il varie d’un trimestre à un autre.

Premier trimestre

Au début du premier trimestre, l’on constate plutôt une perte de poids chez la majorité des femmes. Cette situation s’explique notamment par de nombreux facteurs : perte d’appétit, nausées, vomissements, etc. Mais généralement, vers la fin du premier trimestre, la situation peut changer et favoriser un début de prise de poids. A la fin du premier trimestre, une femme enceinte devrait s’attendre à une prise de poids variant entre 500 g et 2 kg.

Deuxième trimestre

Il est attendu que l’augmentation de son poids s’accélère au cours des mois suivants. Elle peut même atteindre la prise de 1,5 kg chaque mois pour le cas des femmes ayant un IMC normal. 

Troisième trimestre

On peut considérer la prise de poids à cette phase de la grossesse à 1kg ou 1,5 kg par mois. Il n'est toutefois pas anormal que certaines femmes prennent jusqu’à 2 kg par mois au cours de ce dernier trimestre.

Pourquoi ne devriez-vous pas prendre trop de poids ?

Le risque d’accoucher par césarienne

Le Conseil canadien de la Société des obstétriciens et gynécologues a approuvé une étude qui a conclu que le risque de subir une césarienne est plus accru chez les femmes enceintes obèses ; et qu’elles ont moins de chance d’accoucher par voie basse à la suite d’un premier accouchement par césarienne. Les causes de cette situation sont connues : prééclampsie, échec de déclenchement, disproportion materno-fœtale, etc.

L’option de la césarienne permet d’éviter une éventuelle dystocie des épaules à cause de la macrosomie fœtale ; elle permet également d’éviter une possible hémorragie de la délivrance selon des études menées par des chercheurs du Centre Hospitalier Universitaire d'Angers pour établir un rapport entre obésité et déroulement de l’accouchement.

Le risque d’avortement spontané

Les femmes enceintes obèses présentent un risque évident d’avortement spontané et de fausses couches précoces récurrentes entre la 1ière et la 12e semaine de la gestation d’après une étude faite par le comité canadien de médecine fœto-maternelle. D’autres études ont évalué que 50% des femmes enceintes obèses présentent entre 30 et 50% de risques de faire une fausse couche au premier trimestre de leurs grossesses.

Troubles hypertensifs de la grossesse

10% environ des femmes enceintes sont concernées par cette pathologie qui se manifeste notamment par une élévation de la tension artérielle. D’après les statistiques de l’OMS, l’éclampsie et la prééclampsie sont les deux troubles hypertensifs principaux qui compliquent la grossesse. Toutefois, une prise en charge efficace offre la possibilité d’un accouchement normal.

Diabète gestationnel

Chez les femmes obèses, la prévalence du diabète gestationnel est de 19,1% et de 11,1% chez les femmes en surpoids. Selon les résultats d’une enquête comparative réalisée en 2012 par EPIFANE entre femmes enceintes avec un IMC normal et femmes enceintes obèses, ces dernières sont trois fois plus exposées à des risques sévères de développer des complications au cours de leurs grossesses. D’ailleurs, selon les conclusions de la même étude, les femmes obèses ont 5 fois plus de risques de développer un diabète gestationnel.

De façon générale, on peut citer aux côtés de ces troubles, la difficulté d’un retour au poids normal après l’accouchement (une femme sur deux seulement y parvient au bout d’un an), l’accouchement d’un bébé en surpoids, le risque de développer un baby blues, un accouchement prématuré et la surmortalité périnatale.