Quels sont les différents types de préparation à l’accouchement ?

Exercices de relaxation, apprentissage des gestes et des solutions pour soulager les douleurs des contractions, connaissance de son corps, temps précieux d’échanges avec un professionnel de santé et d’autres parents. Les préparations à l’accouchement sont nombreuses, permettant aux futurs parents d’être acteurs de la naissance de leur enfant à naître mais aussi de comprendre les principaux mécanismes physiques et physiologiques de la grossesse. Et parce que ces préparations à la naissance sont des moments idéaux pour partager doutes, angoisses, incertitudes, il est important de choisir celle qui vous conviendra le mieux.

types-preparation-naissances

Les thèmes abordés

Afin d’aborder la naissance de la façon la plus détendue et relaxée possible, de prendre confiance en soi, de connaître les muscles qui participent à l’accouchement, de s’entraîner à des exercices de respiration utiles pour pousser, de préparer l’arrivée du bébé dans son couple, sa famille, 8 séances de préparations prises en charge par la sécurité sociale sont en général proposées aux femme enceintes. Au cours de ces séances, plusieurs thèmes seront abordés : 

Préparation de l’accouchement : les approches psychiques et corporelles

Le Yoga prénatal

C’est une pratique consistant à effectuer des exercices d’assouplissement et de respiration. En plus d’augmenter la force musculaire de la future maman, le yoga prénatal permet aussi à la femme de prendre conscience de son corps et d’être plus attentive aux sensations. De manière générale, le yoga permet de soulager les inconforts liés à la grossesse.

L’approche posturo-respiratoire (APOR)

Développée par le Dr Bernadette de Gasquet, il s’agit d’une approche permettant de maintenir la physiologie de l’accouchement. Elle permet surtout de préparer la femme à l’accouchement, mais l’aide aussi à récupérer après. L’APOR est aujourd’hui très développée en France est plusieurs praticiens l’utilisent.

La méthode Bonapace

Il s’agit d’une méthode qui fait appel à la participation du conjoint. Cela consiste à enseigner aux parents certaines postures et massages visant à faciliter la relaxation. Que ce soit sur le plan psychologique ou physiologique, ils sont préparés à affronter l’accouchement.

L’hypnose

C’est une pratique qui consiste à atteindre un état modifié de conscience afin de mieux supporter l’inconfort et la douleur. Il s’agit en plus d’un très bon moyen pour combattre le stress et permet surtout de réduire l’usage d’analgésiques. L’hypnose permet surtout d’abréger les phases 1 et 2 du travail d’accouchement.

La sophrologie

Il s’agit d’une technique de relaxation qui est assez proche de l’hypnose. Toutefois, elle fait plus appel à des exercices mentaux et de respiration. L’objectif, c’est de préparer physiquement et mentalement la future maman. Bien qu’il y ait très peu de publications sur la question, les différentes expériences menées ont donné de bons résultats.

Acupuncture

L’acupuncture est en fin une méthode importée de la Chine et qui permet de réduire la douleur et le sentiment d’inconfort, pas seulement en période de grossesse. Elle consiste à implanter des aiguilles à des endroits précis du corps pour réduire la douleur. Un peu comme l’hypnose, l’acupuncture permet de réduire l’utilisation d’analgésiques.

Accouchement naturel : quelques techniques de base pour faciliter la naissance

Pour faciliter le processus de naissance, plusieurs techniques peuvent être utilisées. L’avantage de ces méthodes, c’est qu’elles ne présentent que très peu d’effets secondaires et peuvent surtout être combinées entre elles. Parmi les méthodes les plus utilisées en centre hospitalier, nous avons :

Mobilité et positions

Il existe certaines positions, notamment verticales, qui facilitent l’accouchement naturel. Le fait d’adopter une position assise, debout ou agenouillée facilite la poussée et l’expulsion du fœtus. Il faudrait en plus encourager les femmes à bouger et changer de position librement durant le travail afin d’être plus à l’aise. Il faut noter qu’en position dorsale, la phase 2 du travail est plus douloureuse, comparée à une position assise ou latérale.

L’immersion dans l’eau

Une immersion dans de l’eau chaude ou tiède favorise la relaxation et permet de détendre les muscles. Lorsque la femme effectue une partie du travail dans l’eau, la sensation de douleur est sensiblement réduite et le travail progresse plus rapidement. De plus, la chaleur de l’eau procure un sentiment de détente et de soutien. Toutefois, il faut attendre le début du travail pour envisager une immersion dans de l’eau.

Le massage

Le pétrissage, le toucher calme et les points de pression favorisent la détente chez une femme enceinte. En plus d’un réel sentiment de détente, la femme pourra mieux affronter la douleur. Une séance de massage est aussi un moment où la femme se sent soutenue et encouragée. Un état d’esprit positif qui lui permet de mieux affronter la suite du travail.

Bien s’hydrater

Il n’existe aujourd’hui aucune étude démontrant qu’il faudrait réduire l’alimentation et la boisson durant le travail d’accouchement. Au contraire, il faudrait bien s’hydrater, surtout pour les femmes présentant très peu de risques. Sauf avis contraire du médecin, une femme peut manger et boire durant la première phase du travail d’accouchement, car c’est une étape très physique. Dès lors, manger et boire permet de garder son énergie.


Références